• Téléphone : +33 (0)9 84 21 77 49
  • Courriel : contact[@]edeation.fr

L’État investit 2,5 millions d’euros dans l'open data

data.gouv

L’État investit 2,5 millions d’euros dans l’open data

Posté le 30 janvier 2015 dans Big data / open data, Gouvernement / droit et tagué , par edeation. | Laisser un commentaire

Les gouvernements ne soutiennent pas seulement le logiciel libre. Déjà en pointe dans le domaine des données ouvertes (open data), l’État souhaite enfoncer le clou et « amplifier le mouvement d’ouverture et de partage des données publiques ouvertes et gratuites », dans le cadre des investissements d’avenir. La Caisse des Dépôts vient en effet de lancer un appel à projets ayant pour objectif d’encourager le développement des plateformes de diffusion des données ouvertes et de diversifier les applications. On peut rappeler que, outre ses activités commerciales, la Caisse des Dépôts et Consignations est placée sous le contrôle direct d’une commission de surveillance parlementaire, et exerce à ce titre des activités d’intérêt général pour le compte de l’État et des collectivités territoriales.

Une dizaine de projets à sélectionner

Au total, c’est une coquette somme de 2,5 millions que les pouvoirs publics ont alloué au projet, répartie sur dix projets ministériels. Les ministères se verront donc confier des projets accélérant la diffusion et la réutilisation des données au profit des citoyens, des entreprises ou des administrations. Cet appel entend donc tirer profit du mouvement d’ouverture des données, regroupant des statistiques de l’INSEE, des informations parlementaires et des données géomatiques, disponibles sur le site data.gouv.fr

L’appel à projet se concentre sur deux types de propositions. Le premier concerne les plateformes de diffusion :

L’ouverture et le partage des données publiques reposent encore souvent sur la mise à disposition de données telles qu’elles proviennent nativement des systèmes d’information historiques des administrations. Ces données sont produites par une grande variété d’acteurs : services distincts au sein d’une même administration, services déconcentrés, collectivités… Ces données gagneraient, dans de nombreux cas, à être regroupées pour être mises en résonance et gagner un sens nouveau, pour créer des descripteurs du réel et des référentiels les plus complets possibles

Le second concerne les applications de réutilisation des données :

De nombreux exemples montrent l’intérêt qu’il peut y avoir pour une administration à compléter ses propres données par des données produites par les utilisateurs, à faire qualifier leurs données par les utilisateurs, à intégrer leurs données dans la définition ou dans le pilotage des politiques publiques.

Les candidats doivent déposer leurs dossiers avant le 24 mars à 17 heures. Les lauréats seront sélectionnés par un jury avant le mois de juin. Pour plus de détails sur cet appel à projets, vous pouvez visitez le site des Investissements d’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *